Articles

surentrainement1

Surentraînement

Quand l’organisme n’arrive pas à récupérer les forces et l’énergie dépensées de l’entraînement précédent, on est en présence de surentraînement.

doc-875-1-

Le surentraînement

Souvent on oublie que le faisceau musculaire fait partie d’un système organique et, en appliquant jour après jour les mêmes modalités intensives de travail, on ne respecte pas les temps de récupération nécessaires pour régénérer ce qui a été utilisé dans le muscle et dans l’organisme dans son ensemble. Déjà, après quelques semaines seulement de travail continu avec la même intensité, sans respecter la fréquence d’entraînement, on peut se retrouver avec un syndrome de carence de résultats, plus communément connu sous le nom de surentraînement.
Quand l’organisme et le système contractile n’ont plus la possibilité de récupérer, on constate des pertes évidentes de performances et un manque de résultats; c’est ici que prend place ce qu’il est convenu de définir comme un syndrome
d’affaissement incompréhensible des performances. Le surentraînement est le résultat d’un volume de travail avec tes
poids, supérieur à la capacité que possède le corps à récupérer. C’est comme si on continuait â creuser un puits toujours
plus profond, sans possibilité d’en renforcer les parois; inévitablement le système s’effondrera.
Des symptômes telle une fatigue généralisée associée à une diminution de la force musculaire peuvent se manifester, ainsi que, dans des cas extrêmement rares, des problèmes de déséquilibre apparus sans signe avant-coureur.  On
peut rencontrer également une augmentation des incidents physiques comme des tendinites et. dans les cas les plus graves, des fractures, de l’anémie, la persistance de la douleur musculaire irréductible avec les médicaments classiques, des troubles de l’humeur, un affaiblissement de la conduction électro-musculaire et de la coordination. La situation précédant le syndrome de surentraînement est la surfatigue qui se traduit, après déjà quelques jours de travail intense, par une légère baisse des performances avec une fatigue subite et un besoin de récupération qui va
de 2 à 3 semaines.
Les chercheurs ont identifié deux différents stades de surentraînement, bien qu’il soit difficile de faire une distinction
claire entre les deux pathologies. La forme classique concerne le surentraînement du système nerveux sympathique, ou basedowoid. Il se caractérise par une augmentation du taux de métabolisme, c’est-à-dire des processus physiques et chimiques du corps, accélération des battements cardiaques au repos, de la pression sanguine. Le second stade qui touche le système parasympathique est appelé addisonoid. Il s’agit, selon certains, d’une évolution du premier stade et qui est encore plus importante. Les symptômes sont plus discrets et indéfinis comme, par exemple, des valeurs de fréquence et de pression sanguines au repos plus basses, une baisse du niveau de sucre dans le sang, une altération des paramètres hématologiques et un comportement lymphatique. Nous rappelons que, dans les 2 cas, on constate une baisse des pertormances ralentissant ainsi les objectifs fixés. On croit que le body building conduit à un surentraînement à prédominance sympathique, que les jeunes ont plus tendance à de telles manifestations et peut-être aussi le sexe masculin en général. On suppose au contraire que. chez les personnes âgées et le sexe féminin, c’est la prédominance parasympathique qui est favorisée par l’activité aérobique. Très certainement, le facteur le plus important qui provoque ce syndrome est l’incapacité de l’organisme à régénérer, par stimulations internes et externes, ses propres valeurs, ce qui conduit à allonger les durées de récupération.
La durée nécessaire pour sortir de ce cadre négatif peut varier de quelques mois à des années, au cours desquels il
faut prévoir une réduction drastique du volume de travail, en éliminant en même temps les facteurs concomitants négatifs, comme le stress du travail, une alimentation insuffisante et ainsi de suite. À la lumière de ce que nous venons d’exposer, le résultat le plus évident quand survient le syndrome de surentraînement est le ralentissement ou l’arrêt des progrès en cours d’entraînement.

D'autres mots-clés

surentrainement,myofibrille,www bodybuildingpartous com,Step Up avec haltères,clés de bras techniques debout,muscle posturaux,myofilament myofibrille,tendon cuisse poulet,sarcolemme,tissu épithélial cubique simple avec sa legende.