Articles

mal-de-dos-et-musculation

Un exercice contre le «mal de dos» et les autres pathologies

Continuons notre découverte des effets positifs dont on peut bénéficier grâce à la pratique d’une activité sportive en salle de gymnastique. Nous nous occuperons brièvement de ce mal qui peut être considéré comme étant très largement
répandu : le mal de dos ou lombalgie.
D’après quelques recherches, le problème touche principalement les femmes.
En général, le type même du mal de dos se limite d’habitude à la région lombaire, c’est-à-dire le faisceau qui relie le tronc aux membres supérieurs et le bassin aux membres inférieurs. Cette région est fréquemment sollicitée et, si on n’a pas une bonne musculature pour y répondre, on arrive inévitablement à certains dysfonctionnements.
Si la lombalgie est due uniquement à un facteur musculaire, l’intervention du body building est non seulement utile mais
nécessaire.
La faiblesse des muscles qui agissent dans cette région, et qui permettent ainsi d’effectuer les mouvements corrects ou
de porter des charges épuisantes, peut être combattue par de simples exercices de gymnastique. Si la lombalgie est imputable à ce problème, il est démontré qu’un entraînement régulier est en mesure de résoudre ce type d’effet invalidant. Dans ce cas, il est recommandé de travailler le renforcement des abdominaux et des muscles postérieurs de la région lombaire.
Il est possible de rencontrer les mêmes problèmes de déséquilibre musculaire dans d’autres régions du corps, comme les épaules. La musculature, en effet, n’a pas pour seul rôle de faire se mouvoir l’articulation pour lui permettre d’effectuer les gestes quotidiens, mais elle doit aussi protéger cette même articulation en l’empêchant d’exécuter un mouvement excessif et donc dangereux.
Quand on est en présence d’une zone contractile fragilisée pour de multiples raisons, non seulement l’articulation est soumise à une action de plus grande amplitude, mais la tête des os qui la constituent peut être mise en contact avec les tissus mous composés par le muscle et les tendons, provoquant une douleur et un processus inflammatoire.
En ce qui concerne l’épaule, de plus en plus souvent, soit dans le milieu sportif soit dans la vie de tous les jours, on rencontre des personnes souffrant de douleurs qui limitent fortement les mouvements volontaires. Quand les causes d’un tel dysfonctionnement sont imputables à un déséquilibre musculaire qui agit dans la région d’une telle articulation, le recours au body building montre son efficacité pour restaurer l’équilibre et résoudre le problème en
renforçant la musculature qui fixe l’épaule.
Un autre problème facilement résolu avec l’aide des poids est la mauvaise attitude ou posture du tronc qui consiste à porter les épaules en avant en courbant la colonne vertébrale. Le terme correct est «hypercyphose dorsale», qui accentue la courbure du tronc sans arriver à une position excessive. Se rendre compte de sa mauvaise position et redresser volontairement les épaules pour reprendre une attitude correcte est une indication simple, pour comprendre que nous ne parlons pas de quelque chose de grave. Le véritable problème consiste pourtant au retour de la courbure de la colonne dès qu’on oublie de corriger sa position. Ceci est souvent dû à une mauvaise habitude de travail quotidienne et sportive ou aussi à l’âge et à l’inactivité motrice. Le remède est de travailler
avec la musculature postérieure du tronc, qui intéresse en outre la portion toujours postérieure des épaules.
Sans entrer dans des applications particulières, il existe un autre domaine d’application du body building qui vaut la peine d’être souligné: c’est celui de la restauration des capacités motrices. En conduisant à une reprise du volume et de la force musculaires, de multiples exercices exécutables avec des poids jouent un rôle dans la rééducation quand il est nécessaire de récupérer une fonction motrice correcte. On peut ainsi penser à une personne qui, après une intervention chirurgicale au genou, doit retrouver les faisceaux contractiles de tout le membre inférieur. On ne peut nommer ici toutes les applications similaires possibles.

Une autre catégorie dans laquelle le body building trouve un emploi utile est le renforcement général de la muscula-
ture chez les personnes souffrant d’une pathologie respiratoire chronique, de diabète sucré, du syndrome dïmmuno-
déficience acquise, ou encore chez des individus ayant des problèmes d’alcoolisme et d’anorexie nerveuse, diverses
pathologies d’origine neurologique, quelques troubles cardiaques, une insuffisance rénale et certains syn-
dromes tumoraux spécifiques.
Naturellement, le but de ce livre n’est pas d’approfondir telle maladie ou tel dysfonctionnement, mais il est normal de mettre également en évidence ce domaine, puisqu’il représente une preuve supplémentaire des innombrables bienfaits que l’on peut trouver dans l’exercice avec des poids.
Pour conclure, n’oublions pas que le body building peut avoir un autre avantage d’ordre psychologique. Combien de personnes subissent quotidiennement toutes sortes de stress? Il est désormais assuré que la majorité d’entre eux ne possèdent pas de soupape de sécurité pour évacuer ce qui a été accumulé et qu’un style de vie stressante où on ne pratique pas d’activité physique conduit à une multiplicité de facteurs de risques nocifs pour la santé.
Avec un entraînement en salle, au contraire, l’organisme produit diverses substances et crée une adaptation positive pour protéger la santé contre les facteurs stressants, sans compter la sensation de bien-être que l’on ressent à la fin d’une séance avec les poids.

academia-musculacao-idoso

Les seniors au gymnase

Occupons-nous maintenant des seniors. Quand on pense à une personne âgée, on croit souvent que l’exercice
physique avec des poids, ou un entraînement aérobique intense, peut se révéler dangereux et comporter des risques. En réalité, pour un sujet sain, sans aucune pathologie présentant une contre-indication à la gymnastique, l’accès à l’entraînement se révélera non seulement sans effets négatifs, mais sera à conseiller comme véritable moyen thérapeutique approprié.

On peut parler de personne âgée à partir de 65 ans. âge â partir duquel on peut souftrir de ce qu’il est convenu
d’appeler le «syndrome de fragilité ». Bien que ce syndrome soit complexe et ne soit pas encore défini de façon uni-
voque, on peut en reconnaître les signes typiques : perte de force musculaire et de masse maigre suffisamment
importante pour réduire la qualité de vie de la personne qui se fatigue rapidement et devient physiquement inactive,
avec une perte involontaire de poids, due souvent à une sous-alimentation.
Aux symptômes précédents il faut ajouter un état de fragilité émotive majeur. Ces signes (mais il peut naturellement en exister d’autres) ne sont pas toujours évidents, sauf si on soumet la personne
à un test d’évaluation. L’entraînement avec des poids contrarie, et souvent résout, les effets négatifs de ces symptômes. La personne âgée, quel que soit son sexe, pourra tirer un énorme bénéfice de la fréquentation assidue d’une salle de sports. Comme déjà indiqué, chez les personnes âgées, particulièrement celles physiquement peu actives, on assiste à une perte de tissu musculaire dont la conséquence négative est la diminution des qualités physiques comme la force, la rapidité, la coordination, l’ensemble constituant une altération de la qualité de vie quotidienne.

C’est entre 25 et 35 ans que l’être humain a le plus de force. Ensuite, les performances restent stables ou commencent à fléchir légèrement entre 40 et 49 ans. Au cours de la sixième décade, une fois passés les 50 ans, on assiste à une baisse physiologique constante des paramètres de la capacité de contraction.
Les femmes perdent plus rapidement de la force que les hommes tandis que ces derniers subissent une diminution de la masse maigre en grande proportion. L’amoindrissement du volume musculaire est dû par-dessus tout à l’atrophie de la fibre blanche qui demande â travailler en régime de pénu- rie d’oxygène. La fibre rouge qui, au contraire, demande un travail en activité aérobique, est relativement maintenue, même si la fonction métabolique peut
être en partie compromise.
La personne âgée tend à remplacer, en partie, la masse maigre par de la masse grasse, métaboliquement moins active; son métabolisme au repos diminue, puis son activité va refléter le changement.
Une faible capacité d’expression de la force musculaire est fortement associée à une mortalité plus élevée ; ceci en dit long sur l’importance de l’entraînement pour combattre et contrarier te processus pernicieux de la fonte musculaire à peine exposé ci-dessus.

Plusieurs études énumèrent les nombreux avantages apportés par le travail aux poids comme, précisément, l’hypertrophie et le rétablissement de la force musculaire qui permet de se plier aux activités quotidiennes en autosuffisance, améliorant la coordination des muscles agonistes et antagonistes, avec pour résultat une gestuelle finale plus harmonieuse et toute une série d’effets positifs pour l’organisme entier.
Il améliore, par exemple, la capacité de l’individu â maintenir la position de son corps dans des postures correctes, sa
souplesse, son indépendance et, par conséquent, tout son capital émotif. Suivant la littérature, il suffit d’un ou deux
jours par semaine d’entraînement en salle de gymnastique pour avoir les avantages énumérés ci-dessus. Souvenons-
nous que, si pour un jeune un kilogramme représente un début, pour une personne âgée, cela peut être déjà un
poids important à soulever; il faut donc nécessairement ajuster la capacité fonctionnelle de chaque individu avec les
objectifs visés et un programme de travail approprié.
Pour conclure, la musculature des seniors répond de manière positive mais, naturellement, pas dans la même proportion qu’un individu plus jeune dont le temps de récupération d’une séance à l’autre est plus court.

poids-machines

La femme et l’entraînement en salle de musculation

Regardons le rapport existant entre la femme et l’entraînement au gymnase. Il a été remarqué qu’une activité physique régulière, un régime approprié et un apport correct de calories étaient en mesure de modeler le corps féminin en tonicité et, en même temps, de favoriser la perte de poids. Ces résultats apparaîtront rapidement sur la silhouette. En revanche, il n’existe pas de consensus sur les modalités d’approche de l’entraînement féminin par rapport à celui de l’homme.
L’ensemble des résultats des différents tests scientifiques qui ont été effectués montre que rien ne justifie la nécessité
d’un entraînement spécifique et spécial pour les femmes. Il ne semble pas y avoir de décalage très évident sur les
caractéristiques de la réponse organique à un stress induit par une séance en salle de musculation. Il suffit par exemple de comparer les temps réalisés dans une compétition d’athlétisme (natation, course, etc.) pour se rendre compte que tes écarts sont de plus en plus réduits entre tes deux sexes, surtout depuis 1950 quand, d’un point de vue social, tes femmes ont gommé tes disparités existantes, et s’approchent maintenant des performances masculines grâce à l’entraînement.
En outre, c’est une erreur de souligner les valeurs réduites de la force musculaire chez les femmes car, si on fait référence au poids corporel entre deux sujets de sexe opposé, les niveaux de force sont les mêmes. Ce qui varie, en
revanche, c’est la vitesse de contraction pour laquelle l’homme est capable d’exprimer des pourcentages plus élevés,
grâce a la testostérone, hormone masculine par excellence qu’il synthétise en quantité dix fois supérieure.
Nous verrons ci-après quelques différences structurelles spécifiques à chaque sexe; toutefois elles confirment que l’entraînement féminin ne doit pas différer de celui des hommes. Pour de multiples raisons que nous n’approfondirons pas, la femme, pour obtenir de l’énergie lors d’une séance intensive et pour permettre la contraction musculaire, utilisera, fondamentalement et en proportion substantielle, les lipides plutôt que les sucres. On peut donc en déduire que la perte de poids et le remodelage de la masse grasse arrivera plus rapidement pour le sexe féminin qui s’entraîne régulièrement.
On peut mettre en évidence les bénéfices pour les femmes enceintes qui, grâce à un entraînement constant et sur-
veillé, pourront voir une réduction des effets négatifs de la grossesse. Selon quelques études, il est possible également de limiter les inconvénients caractéristiques de la ménopause par un entraînement en salle de sports. Pour conclure, nous pouvons dire, comme le prouve la littérature scientifique, que, quel que soit l’âge de la femme, il est positif d’aller en salle de sports.

obesity

Le body building et l’obésité

Un domaine dans lequel l’impact positif du body building est évident est bien celui du contrôle du poids corporel qui, s’il est en excès, représente non seulement un problème esthétique mais présente aussi un facteur négatif pour la santé. Un concept-clé n’est pas de se contenter de perdre du poids mais d’augmenter le métabolisme de l’organisme, en brûlant ainsi les calories en excès, génératrices de graisse. En réalité, constater sur la balance une perte de quelques kilos n’a pas de sens puisque la balance indique le poids brut, graisse comprise.
Souvent, avec un régime strict et une réduction de l’alimentation, on perd non seulement du tissu maigre mais aussi de la masse musculaire tandis que l’objectif de détruire la graisse en excès est a peine atteint. Il est vrai que la balance affichera un poids corporel diminué, mais il s’agira du poids du muscle perdu et rapidement la perte de poids s’arrêtera. C’est seulement en apprenant au corps comment utiliser les lipides excédentaires, qu’il sera possible d’orienter l’aiguille de la balance vers la gauche de façon durable et équilibrée.
La structure musculaire est la chaudtère qui brûle les graisses et il a déjà été démontré que, par la pratique régulière du body building, on peut éliminer efficacement les calories inutiles et. par dessus tout, éviter de regagner les kilos superflus, à condition bien sûr que l’entraînement soit toujours accompagné d’un programme alimentaire équilibré et régulier.
Pour la majorité des gens qui ne suivent pas de régime alimentaire équilibré et montrant de très mauvaises habitudes alimentaires, le surpoids dégénère facilement en obésité Récemment, l’obésité a été désignée comme un des problèmes majeurs de santé publique dans les pays occidentaux. On considère que. en Amérique, les sujets obèses représentent un quart de la population totale. L’obésité entraîne, en outre, une série de troubles et de facteurs de risques qui abaissent l’espé- rance de vie des personnes qui en sont affectées. Il peut y avoir dégradation des paramètres hématologiques avec augmentation du cholestérol et dysfonctionnement au niveau cardovasculaire. On peut encore rencontrer une résistance, du côté des tissus, au travail de l’insuline qui conduira au diabète sucré. Au niveau musculaire, non seulement la capacité de la fibre à brûler tes graisses décroîtra mais apparaîtra une tendance néfaste a accumuler les lipides à l’intérieur du muscle lui-même. Les causes spécifiques de ce phénomène n’ont pas encore été découvertes.
En cas d’obésité comme dans le cas de surpoids, l’exercice avec les poids est le seul efficace pour combattre les dépôts indésirables de lipides. Il a été démontré également que, en cas d’obésité, la seule activité aérobique ou d’endurance n’était pas suffisante pour une perte de poids; il est vraiment nécessaire d’y adjoindre le body building pour obtenir de meilleurs résultats.

111-980x380

Bienfaits du body building

Le body building est le sport pour chaque sport. C’est une activité motrice qui permet d’obtenir et de conserver une santé optimale, quels que soient l’âge et le sexe. Ces affirmations peuvent paraître exagérées mais elles sont déjà confirmées par une vaste littérature scientifique internationale.

Le body building, également connu sous le nom de culturisme, de musculation, d’entraînement d’endurance ou encore, dans un sens plus vaste, de fitness, ne doit pas être perçu comme étant exclusivement l’apanage de quelques athlètes qui rivaliseraient dans un esprit de compétition. Nous l’entendons, au contraire, comme pratique sportive complémentaire permettant d’accroître les performances dans de multiples disciplines gymniques, mais aussi comme moyen de retrouver une forme physique idéale et d’améliorer les états qui frisent ou qui conduisent à des déséquilibres pathologiques.

Les effets bénéfiques du body building

  • Dans le cadre de la pratique sportive
  • Pour les personnes âgées
  • Pour les femmes
  • Pour combattre l’ostéoporose
  • Pour combattre les lombalgies
  • Pour éviter les douleurs et inflammations articulaires
  • Pour corriger la posture
  • Dans le domaine de la rééducation
  • Pour les astronautes
  • Pour un équilibre psychophysique optimal

C’est une entreprise ardue de faire tenir en quelques pages la totalité des avantages qui peuvent découler de l’exercice avec des poids, avantages que l’on peut constater alors même qu’on les a à peine touchés; pour cette raison seront évoqués ici uniquement les nouveautés et les arguments d’un intérêt majeur pour le grand public, tandis que la comparaison avec les autres disciplines sportives sera traitée plus loin. Le body building est le seul sport en mesure de concerner sélectivement tous les faisceaux musculaires, d’augmenter de façon homogène les volumes,
la force manifeste et la coordination. Il stimule, pour parler simplement, l’hypertrophie musculaire, c’est-à-dire ce processus complexe qui permet au tissu contractile d’augmenter en quantité et en qualité.
Le travail dérivé de la culture physique permet au muscle d’accumuler le matériel protéique de deux façons ; d’une part, en produisant de nouvelles molécules protéiques et, d’autre part, en ayant tendance à conserver le matériel protéique déjà présent. Un mythe à détruire est celui de l’utilisation à tout prix de fortes charges pour
obtenir l’hypertrophie musculaire. En effet, il est vrai qu’il est nécessaire de faire des efforts pour obtenir des résultats tangibles, mais les charges à soulever sont toujours à évaluer en fonction des caractéristiques particulières d’une personne donnée et de son exigence, raison pour laquelle il ne faut pas avoir peur de la salle de sports et des poids.

Le body building, médicament de l’ostéoporose

Le body building est la seule pratique capable de combattre efficacement l’ostéoporose. Il subsiste en fait une relation directe entre une bonne masse musculaire et l’épaisseur du tissu osseux. L’ostéoporose concerne avant tout les femmes, en particulier à partir de la ménopause, lorsque la structure osseuse a tendance à perdre lentement de sa densité. Ce problème expose les personnes concernées à un risque majeur de fractures. En outre, il ralentit le processus de guérison et peut conduire à une pénible perte d’indépendance. Le recours aux poids est donc une intervention non pharmaceutique et d’un coût modique pour maximiser la densité osseuse.
D’après les études scientifiques, la pratique du body building doit être encouragée à tout âge, comme prévention quand on est jeune et comme traitement réellement approprié pour les personnes un peu plus âgées. La charge supportée par la musculature génère une tension judicieuse du tissu osseux, stimulant la production de nouveau tissu et le renforcement de celui préexistant. Rappelons par ailleurs qu’une bonne musculature permet de réduire le risque de chutes grâce à un meilleur contrôle des mouvements.

 

D'autres mots-clés

surentrainement,myofibrille,www bodybuildingpartous com,clés de bras techniques debout,step EXERCICES MUSCULAIRES AVEC HALTèRES,avant bras musculation,sarcolemme,perdre la graisse du fessier pour les hommes,conseil muscu com step-up,musculation exercice avant bras.