poids-machines

La femme et l’entraînement en salle de musculation

Regardons le rapport existant entre la femme et l’entraînement au gymnase. Il a été remarqué qu’une activité physique régulière, un régime approprié et un apport correct de calories étaient en mesure de modeler le corps féminin en tonicité et, en même temps, de favoriser la perte de poids. Ces résultats apparaîtront rapidement sur la silhouette. En revanche, il n’existe pas de consensus sur les modalités d’approche de l’entraînement féminin par rapport à celui de l’homme.
L’ensemble des résultats des différents tests scientifiques qui ont été effectués montre que rien ne justifie la nécessité
d’un entraînement spécifique et spécial pour les femmes. Il ne semble pas y avoir de décalage très évident sur les
caractéristiques de la réponse organique à un stress induit par une séance en salle de musculation. Il suffit par exemple de comparer les temps réalisés dans une compétition d’athlétisme (natation, course, etc.) pour se rendre compte que tes écarts sont de plus en plus réduits entre tes deux sexes, surtout depuis 1950 quand, d’un point de vue social, tes femmes ont gommé tes disparités existantes, et s’approchent maintenant des performances masculines grâce à l’entraînement.
En outre, c’est une erreur de souligner les valeurs réduites de la force musculaire chez les femmes car, si on fait référence au poids corporel entre deux sujets de sexe opposé, les niveaux de force sont les mêmes. Ce qui varie, en
revanche, c’est la vitesse de contraction pour laquelle l’homme est capable d’exprimer des pourcentages plus élevés,
grâce a la testostérone, hormone masculine par excellence qu’il synthétise en quantité dix fois supérieure.
Nous verrons ci-après quelques différences structurelles spécifiques à chaque sexe; toutefois elles confirment que l’entraînement féminin ne doit pas différer de celui des hommes. Pour de multiples raisons que nous n’approfondirons pas, la femme, pour obtenir de l’énergie lors d’une séance intensive et pour permettre la contraction musculaire, utilisera, fondamentalement et en proportion substantielle, les lipides plutôt que les sucres. On peut donc en déduire que la perte de poids et le remodelage de la masse grasse arrivera plus rapidement pour le sexe féminin qui s’entraîne régulièrement.
On peut mettre en évidence les bénéfices pour les femmes enceintes qui, grâce à un entraînement constant et sur-
veillé, pourront voir une réduction des effets négatifs de la grossesse. Selon quelques études, il est possible également de limiter les inconvénients caractéristiques de la ménopause par un entraînement en salle de sports. Pour conclure, nous pouvons dire, comme le prouve la littérature scientifique, que, quel que soit l’âge de la femme, il est positif d’aller en salle de sports.

Comments

comments