compensation

Compensation et surcompensation

Tout comme pour un long voyage on consomme inévitablement de l’essence, à la fin d’une séance avec les poids, on utilise les capacités physiques de notre corps et des muscles impliqués par notre travail. Et comme pour la voiture, il faut remplir le réservoir pour continuer, pour les muscles et l’organisme en général, il faudra une bonne alimentation et le juste repos. On parle de compensation lorsque la musculature s’est reposée et a reconstruit ce qui a été perdu au cours de l’entraînement. Imaginez un sac qui aurait perdu trois kilos de sable mais qui, après quelques jours, et ce de manière graduelle, aurait réussi à remettre une quantité identique de sable perdu: c’est le concept de compensation.
Plus le trainmg est difficile et stressant, plus le temps nécessaire au corps et aux muscles pour récupérer ce qui a
été utilisé est long. Outre la récupération initiale des ressources énergétiques, on peut constater un état de
sur-récupération, encore appelé surcompensation, quand, au contraire, après un temps complet de repos et un
apport de nutrition adéquat, le muscle est capable non seulement de compenser mais encore de construire de la
matière contractile en plus, pour pouvoir affronter un entraînement satisfaisant. Cette augmentation de la matière
contractile conduisant à l’hypertrophie est appelée surcompensation.
Après une première séance en salle, le niveau de force musculaire augmente: on sera ainsi en mesure de soulever des
poids plus lourds a la séance survante.
Ceci pourtant n’est pas dû à l’ajout de matière contractile et protéique dans le muscle, mais â une meilleure utilisation
du muscle lui-môme. Il faut parfois deux ou trois semaines environ d’un entraînement régulier avant que l’augmentation de l’exprèssion de la force soit principalement imputable à une hypertrophie, ou plutôt au volume des fibres contractiles. La capacité de croissance du volume des muscles a une limite physiologique et une telle limite varie toujours d’une personne à l’autre. Parfois, il faut des années avant d’arriver à sa limite.

Comments

comments